End of the Weak 2014 – 4e édition avec l’invité spécial Kenyon (France)

Ce samedi 19 juillet, rendez-vous au Divan Orange, où cinq emcees s’affronteront dans la quatrième édition de la compétition End of the Weak 2014, considéré comme l’ultime ligue de emceeing au monde, avec la participation de 15 pays sur 5 continents et 22 villes dont Montréal.

Le End of the Weak, qui en est à sa troisième saison, rassemble des rappeurs de toute la ville, peu importe la langue. Le gagnant de cette 4e édition affrontera les champions des trois premières éditions, soit Mef, Helmé et Clay.

La qualité des participants est au rendez-vous et ressemble plutôt à celle d’une finale locale, avec la participation de Justice McFlyMonk.eScynikalClarity et Freddy Gruesum. Malgré la présence du champion canadien des deux dernières années, Monk.e, la partie est loin d’être gagnée. Tous les participants sont reconnus comme des têtes lourdes du rap et freestyle, alors l’on peut s’attendre à un clash titanesque.

Il sera intéressant de voir si le champ saura relever le défi une troisième année de suite pour représenter le Canada à la Finale mondiale 2014 qui aura lieu cet automne en Ouganda.

Vice-champion de l’année 2011, Kenyon (France) se présentera en concert en sol québécois pour la première fois dans sa carrière. Le rappeur vient de lancer un nouvel EP, disponible sur son site web.

Le End of the Weak permet de voir les artistes sous plusieurs angles, en proposant cinq volets:  le texte libre, le texte libre a capella, l’improvisation avec objets, « le MC versus DJ », ainsi que le « Cypher Skills ».

Le EOW 4 sera animé par BBrain, Vulguerre et Delta et Téhu. La compétition sera jugée par un comité d’experts de l’industrie et d’artistes de renommée, dont le rédacteur en chef d’Elementality, Gab Aubry A.K.A. moi. Les prestations seront jugées selon quelques critères précis: les textes et la qualité d’écriture; la créativité et l’identité artistique; la présence et le charisme; le flow et le débit; la réaction du public et l’aura de l’artiste.

Alors que les artistes soignent de plus en plus leur image, en investissant dans la production audio et vidéo et en contrôlant leurs performances avec des backvocals en playback, il est plus pertinent que jamais d’avoir des plateformes où l’on peut vraiment déterminer si un artiste est accompli. Avec une emphase spéciale sur les habiletés d’improvisation et l’aspect live, le End of the Weak donne une chance au public de voir les emcees se fier uniquement à leurs skills. Dans le rap-jeu actuel, c’est un vent de fraîcheur.

Confirmer votre présence:

Saison 3 edition 4

 

Leave A Comment